Contacter l'Artiste

Revel. Hommage à la féminité avec Inès de la Torre

Jusqu'au 21 décembre, la galerie Libre Cours, rue de Dreuilhe, accueille les œuvres de Inès de la Torre. Cette exposition offre un monde de magie dédiée à la femme et l'illusion des paradis artificiels. Ses dernières toiles reflètent une luminosité inégalée dans une technique traditionnelle d'huile sur toile enrichie d'apports de métaux précieux, or, argent et gemmes. Inès de La Torre peint depuis l'âge de sept ans. D'origine espagnole, c'est dans le beau Pays d'Oc qu'elle vit ses années de formation. Reçue aux Beaux-Arts de Paris, elle obtient ses diplômes supérieurs de peinture et de gravure tout en soutenant une thèse à l'université de Paris Sorbonne pour le Doctorat en Anthropologie. Cette démarche l'amène en mission en Afrique Noire, au Maghreb, en Égypte, en Asie et au Brésil où elle va observer les coutumes, les traditions et les cultes religieux de ces régions. Au cours de ses voyages, elle découvre ces paysages étonnants dont les habitants vivent toujours en relation intime avec leurs dieux. «Je récolte dans le monde entier les matériaux et les terres qui sont à la base de mes pigments», explique-t-elle. Pour cette deuxième exposition Reveloise, Inès de la Torre présente «Le messie féminin» : le symbole du paradoxe du progrès illimité où l'humain se réfugie dans l'illusion des paradis artificiels. Ces dernières œuvres sont dominées par des couleurs éclatantes qui relèvent d'une alchimie subtile. Exposition à voir à la galerie Libre Cours, 52, rue de Dreuilhe. Ouvert du mardi au samedi, de 9 h 30 à 12 heures et de 15 heures à 19 heures. Contact : 05 62 18 91 84.

Publié LE 08/12/2012 | www.ladepeche.fr/

Mirepoix. Ines de la Torre expose

Pour la première fois Ines de la Torre expose à Mirepoix salle des Métiers d'Art jusqu'au 31 juillet.Originaire de l'Andalousie, elle porte son nom comme un étendard ,l'étendard de la renommée. Depuis toujours l'amour de la peinture est en elle.Elle s'inscrit aux Beaux Arts de Paris pour donner libre cour à sa passion.Sa peinture chaude et ensoleillée où le rouge domine lui ouvre les galeries célèbres de Toulouse et Paris...C'est dans le monde entier qu'elle va chercher les matériaux et les terres qui sont à la base des pigments qu'elle utilise, parfois à l'emplacement d'antiques sanctuaires.Dans sa peinture à l'huile avant de la déposer sur la toile elle mélange avec succès les pigments qu'elle ramène de ses voyages.Elle travaille beaucoup avec la feuille d'or.Ses portraits présentés dans un environnement lumineux ou on retrouve des scènes de la mythologie,interpellent l'amateur.Inès se passionne pour le culte des ancêtres.Au bout de son pinceau le tableau croît comme un éclair qui fulgure et tournoie au tréfonds de l'intime du peintre puis touche juste ,pour aller directement au cœur battant du regardeur.Parmi les œuvres le visiteur découvrira également une très belle exposition de Raku d'inspiration japonaise également des œuvres d'estampes sur bois.

Publié LE 30/07/2012 | www.ladepeche.fr/

Revel. De la Torre à Libre Cours

La galerie « Libre Cours », rue de Dreuilhe resplendit des œuvres d'Inès de la Torre. Elle peint depuis l'âge de sept ans. et transporte son public dans un monde enchanté qui fait partie intégrante de la vie. Reçue aux Beaux-Arts de Paris, elle obtient ses diplômes supérieurs de Peinture et de Gravure tout en soutenant une thèse à l'université de Paris Sorbonne pour le Doctorat en Anthropologie. Cette démarche l'amène en mission en Afrique Noire, au Maghreb, en Egypte, en Asie et au Brésil où elle va observer les coutumes, les traditions et les cultes religieux de ces régions. Ce monde primitif qui peut paraître si étrange devient une source d'inspiration féconde. Exposition à voir à la galerie Libre Cours, 50 rue de Dreuilhe, avant son départ pour la Roumanie. Tél. : 05 62 18 91 84.

Publié LE 06/07/2011 | www.ladepeche.fr/

Rennes-les-Bains
Inès de la Torre expose jusqu’au 1er septembre 2010

Inès de la Torre fait partie de ces artistes qui ravissent à coup sûr les visiteurs de ses expositions. Le 17 août dernier, dans les salons de l’Hostellerie, avait lieu le vernissage de sa dernière exposition. De nombreux villageois mais aussi des touristes et inconditionnels de l’artiste ont répondu présents à son invitation. Ce fut comme à l’accoutumée un ravissement général et chacun a pu admirer et apprécier une exposition très complète qui présente des tableaux de l’artiste de ses débuts à ses créations les plus récentes.

Ainsi il est particulièrement intéressant de voir que même si Inès tout au long de sa vie créative est restée dans le même registre, de son premier tableau à son tout dernier, il y a une sacrée évolution En effet, Inès a commencé sa vie artistique très jeune, elle présente ici une série de tableaux qu’elle a réalisés de 13 à 18 ans, période qu’elle définit comme « période noire ». Progressivement, ses toiles s’éclaircissent et se précisent tout en restant toujours dans l’environnement onirique et symbolique très particulier d’Inès de la Torre. Depuis quelques années, les couleurs rouges, bleues et or ainsi que les matières comme des pierres ou des feuilles d’or sont venues enrichir ses œuvres. Inès présente là certainement sa plus belle et plus complète exposition. Elle est visible jusqu’au 1er septembre à l’Hostellerie de Rennes-les-Bains.

(L’Indépendant, 29 août 2010)

Exposition Galerie Frezouls – Lacaune les Bains

Après 2008, pour la seconde fois, Inès de la Torre expose son œuvre à la galerie d’art Frézouls jusqu’au 1er août 2010. Anthropologue de formation, l’artiste voyage beaucoup à travers tous les continents et au cours de ses visites, elle récolte des matériaux et des terres qui sont la base de pigments qu’elle utilise pour réaliser ses toiles. Portée vers le principe féminin, tant chez la femme que chez l’homme, elle représente d’étranges personnages qui prennent vie au cœur des lieux mythiques rencontrés. Son « Œuvre au rouge » propose à celui qui la contemple un mystérieux 6ème sens qui l’entraîne vers la réalité l’espace d’un instant.

(La Dépêche du Midi, 25 juillet 2010)

Atelier galerie Thierry Marchal, Paris, avril 2010

De l’œuvre au noir à l’œuvre au rouge, du feu de la Tour à l’Athanor, Inès de la Torre nous propose de la suivre pas à pas dans ses pérégrinations alchimiques, symboliques et picturales, au 13 rue Maître Albert dans le cinquième arrondissement de la ville Lumière, galerie Thierry Marchal. Le vernissage aura lieu le 8 avril prochain à 18 heures trente. Inès de la Torre peintre du trait de la vie, de l’éternel féminin, construit son œuvre patiemment puisqu’elle est peintre-femme de Maât l’égyptienne, antique épouse de Klimt ressuscité par l’onde peinte, jamais mort mais toujours vibrant par delà les ocres et les spires saintes. Le temps de la peinture en réalité ne se conçoit vraiment que comme un moment unique et fugace, un vol suspendu de celui qui voit devant le tableau peint un face-à-face légitime, que ce soit dans l’atelier de l’artiste ou dans une galerie d’art. Traduit en une icône peinte, le tableau croît comme un éclair qui fulgure et tournoie au tréfonds de l’intime du peintre puis touche juste, pour aller directement au cœur battant du « regardeur » comme disait Duchamp. Un temps encore qui transmute passionnément lorsque la magie de la peinture opère a crescendo. Ora et Labora. La « véritable » peinture est une offrande, un instant diaphane qui s’échappe vole et s’envole telle une aile de papillon dans les cimes de nos consciences, un instant bref et long qui dure parfois éternellement dans la mémoire de celui qui voit avec les yeux de l’âme, car seules derrière l’image assoupie les couleurs des souvenirs ancestraux ravivent le miroir de Nature - pour que renaisse l’art nouveau.

Thierry Emmanuel Garnier

http://www.editions-arqa.com/editions-arqa

Juillet 2009 : Inès de La Torre expose ses œuvres à l’Hostellerie de Rennes-les-Bains

Les salons de l’Hostellerie accueillent de nouveau un choix des œuvres d’Inès de La Torre bien connue à Rennes-les-Bains où l’amenaient déjà son grand-père et son arrière grand-père. Inès peint depuis l’âge de sept ans et compte à ce jour plus de soixante expositions en France et à l’étranger. Elle obtient ses diplômes supérieurs de peinture et de gravure à l’Ecole nationale des Beaux-arts de Paris. Simultanément, elle soutient une thèse de doctorat en anthropologie à l’université de Paris Sorbonne ce qui l’amène à accomplir de nombreuses missions de recherche en Afrique, en Egypte, à Madagascar, au Cambodge et au Brésil etc... Passionnée de voyages et de découvertes, elle s’intéresse à l’origine des mythes et des rites initiatiques, aux systèmes de pensées et à la tradition orale des sociétés dites primitives. Elle se consacre à une étude comparée des traditions de ces pays et tout particulièrement, le culte des ancêtres.

Cette démarche influe directement sur son œuvre où l’on remarque des réminiscences de ces contrées. Elle influe également de manière subtile sur son inspiration où se révèle l’origine des mondes, le mythe de l’androgyne et la recherche du principe féminin. Hors des sentiers battus, attirée par l’essence cachée des êtres et des choses, elle s’attache à l’espace et à l’infini. Comme tel, son style demeure inclassable, servi par une technique traditionnelle où, telle une alchimiste, elle prépare elle-même ses ingrédients, technique enrichie d’apports de matière (argent, feuille d’or ou encore objets primitifs authentiques). Là réside le secret de l’étonnante lumière subtile qui illumine toutes ses toiles.

Comme elle-même le déclare : « L’art se manifeste à moi et lorsque vous pénétrez une toile, il se manifeste à vous car nous sommes tous amenés à la vérité que nous sommes prêts à recevoir. L’artiste est fécondé par Dieu et s’accouche lui-même. »

L’exposition est visible jusqu’au 31 août.

(Paru dans l’Indépendant du 22/08/2009)

Couiza. Exposition d'Inès de la Torre

Inès de la Torre revient à Rennes pour une exposition d'huiles sur toile « Les Sublimations » dans les salons de l'Hostellerie. Une artiste diplômée des beaux-arts -peinture et gravure- doctorat d' anthropologie de la Sorbonne, qui a effectué de nombreuses missions à l'étranger observant coutumes et traditions qui vont l'inspirer dans ses nombreuses œuvres. Une inspiration et un style qui restent inclassables. D'étranges personnages reviennent de façon récurrente, semblant figurer sous des aspects variés une seule et même personne. À travers la plupart des ses œuvres, c'est le principe féminin qu'Inès nous fait appréhender et à l'instar des poètes, le mystère par excellence de l'androgyne primitif. L'œuvre peut alors nous communiquer son énergie. À l'heure du vernissage, autour du maire et des élus du conseil municipal, c'est une foule d'amis qui ont répondu présent. Une exposition qui va se prolonger dans les salons de l'Hostellerie jusqu'au 31 août. On peut également voir quelques-unes de ses œuvres à Espéraza au magasin Providence.

(Paru dans la Dépêche du Midi le 28/07/2009)

Lacaune – Exposition à la galerie d’art

Jusqu’au 24 juillet, vous pourrez découvrir l’exposition d’Inès de La Torre à la Galerie d’Art Frézouls. Inès, d’origine espagnole mais aussi lacaunaise par sa grand-mère, partage sa vie entre Paris et le Bassin d’Arcachon et un peu Lacaune depuis qu’elle a retrouvé la maison de son ascendante. Ayant commencé très tôt à peindre (7 ans), elle sera reçue aux Beaux arts de Paris et obtiendra ses diplômes supérieurs de Peinture et de Gravure. Elle va ensuite voyager à travers le monde (Afrique Noire, Brésil, Egypte, Asie, Maghreb), et elle observera les coutumes, traditions, et cultes religieux de ces régions et de ces hommes qui vivent en relation intime avec leurs dieux. Amoureuse de l’espace et de la lumière, elle s’inspirera de ce monde primitif pour assouvir son inspiration féconde. Sa technique traditionnelle d’huile sur toile est au service d’un art original et inspiré. Si son inspiration et son style sont inclassables, son intuition et son mystère font de son œuvre un véritable hymne à la vie et à la lumière. Ses étranges personnages semblent figurer une seule et unique personne mais on trouve chez Inès le Principe féminin par excellence qui serait à la recherche du sacré. Avec près de 500 tableaux à son actif, Inès présente ici une partie de son œuvre (peintures à l’huile, lithographies, gravures). Mais si vous voulez vraiment la découvrir, allez à la galerie de 10 à 12h ou de 14h30 à 18h, vous serez agréablement surpris.

La Dépêche du Midi, 6 juillet 2008


Tiamat

Une belle exposition à voir jusqu’à la fin du mois

Samedi dernier, à l’hostellerie de Rennes-les-Bains, a eu lieu l’inauguration d’une exposition de tableaux d’une artiste remarquable, Inès de la Torre, artiste peintre et anthropologue depuis de très nombreuses années, a su trouver une inspiration féconde lors de ses nombreux voyages d’études des coutumes et cultes religieux en Afrique Noire, au Maghreb, en Egypte, en Asie et au Brésil. Son œuvre offre une magnifique et très étonnante vision de son monde intérieur où se côtoient intuition, mystère et symbolisme. Cette exposition est avant tout un hymne à la femme, à sa beauté, à sa force et à l’extase mystique. Chaque tableau et le personnage qu’il dépeint représentent une facette de ce grand mystère qu’est le féminin sacré dans tous ses aspects mythique et incarné. Une exposition riche et surprenante à voir absolument à l’Hostellerie de Rennes-les-Bains jusqu’à la fin du mois d’août. Renseignements au 04 68 69 88 49.

L’Indépendant, 15 août 2008, Evelyne Codina

Exposition Inès de la Torre

Samedi, dans les salons de l’Hostellerie, a eu lieu le vernissage de l’exposition d’Inès de La Torre. Dès l’âge de 7 ans, l’artiste se met au chevalet et sa première toile sera le début d’une longue série. Elle obtient ses diplômes supérieurs de peinture et gravure aux beaux-arts et un doctorat d’anthropologie à la Sorbonne. Elle va effectuer de nombreuses missions : Afrique Noire, Maghreb, Egypte, Asie et Brésil. Elle va observer les coutumes, traditions et les cultes religieux de ces régions, grande source d’inspiration. A ce jour Inès de La Torre a réalisé plus de 500 œuvres (peintures à l’huile, lithographies, gravures, estampes) qui ont été présentées dans plus de 90 expositions en France et à l’étranger (Paris, Tanger, Rio de Janeiro…). Chez Inès, une technique traditionnelle d’huile sur toile est au service d’un art profondément original. Son inspiration comme son style restent inclassables. D’étranges personnages reviennent de façon récurrente semblant figurer sous des aspects variés une seule et même personne. A travers la plupart, c’est le principe féminin qu’Inès nous fait appréhender et à l’instar des poètes, le mystère par excellence de l’androgyne primitif. L’œuvre peut alors nous communiquer son énergie. Une exposition à ne pas manquer et visible jusqu’au 30 août dans les salons de l’Hostellerie.

La Dépêche du Midi, 14 août 2008


La race des seigneurs

Création © 2008 2009 Heresie.com