» Eloge à Tiamiat

Eloge à Tiamiat

Eloge à Tiamat

 

                                                                  Voyage initiatique

 

                                              C’est un couloir au milieu d’une dune,

                                              Juste éclairé par un rayon de lune.

                                              Un portique africain, flanqué de deux colonnes,

                                              Porteuses d’inscriptions, coiffées d’une couronne.

                                              E.L. scandées de chants primitifs.

                                              T.P. ahanées de sons plaintifs.

                                              Un flambeau de lumière, au bout de son pinceau,

                                              Il lui faut découvrir le secret de ces mots.

                                              Voyage ésotérique, recherche de vérité,

                                              A saisir, en contours, sur un papier glacé.

                                              Plongée initiatique, au creux de l’univers,

                                              Pour peindre des couleurs, ou écrire quelques vers.

                                              S’ouvre une muraille, où il lui faut passer,

                                              Pour lever le mystère, derrière les mots sacrés.

                                              Le point de départ, c’est l’espace-temps.

                                              Bien qu’inséparables, on peut pourtant,

                                              Voyager dans l’espace, laisser filer le temps.

                                              L’espace est liberté, aux couleurs luxuriantes,

                                              Arabesques d’espoir, aux formes exaltantes.

                                              Comme un souffle de vie, chargé d’éternité.

                                              Le temps est comme un phare qu’on aperçoit au loin,

                                              Qui  guide le voyageur, pour trouver le chemin.

                                              Sur un courant contraire, on peut le remonter,

                                              Réciter des prières, sur une mer démontée.

                                              Le temps est un outrage violent à l’existence,

                                              Epée de Damoclès pointée sur la science,

                                              Qui fait sortir d’un gouffre, le mercure et le noir,

                                              Pour exprimer le doute, la peur, le désespoir.

                                              Le temps est une machine aux multiples visages.

                                              Elle peut-être prison, pension, ou simple cage,

                                              Qui nous tient prisonnier, au seul gré du destin,

                                              Et ne nous libère que pour écrire le mot “fin”.

                                              Faut-il tuer le temps, pour pouvoir être libre?

                                              A chacun son credo, l’important est de vivre.

                                                                                  Albert Goldstein 2014

Up